TOUS LES ARTICLES

En primeur

Autant en emporte le vin

Affaires de goût

La langue de boire

Ils nous saoûlent !

Pourvu qu'on ait livresque


... ET AUSSI

Autres sites de bon goût

Courrier des buveurs

Hauts ébats (+18)

LA REDACTION

L'ours et les plaideurs

Contactez-nous

  Le monde selon l'alcool
- Avril 2005: Vinitaly à Vérone, Assemblée générale de l'UDSF à Moscou
- Mars 2005: Salon des grands vins, Dégustation au Savour Club
- Février 2005 : L'Ukraine, terre d'élection du vin, La Guerrre des Vins : l'affaire Mondavi, Sideways, Oenovideo, havana...thème, Paris Match prône l'alcool, Neotic
- Janvier 2005 Record pour le cognac, Gotainer au Temple, Pr. Choron, Compromis sur la pub, la Saint Vincent, une AOC au Maroc
- Décembre 2004: Manifs, Nouvelle AOC, Françoise Verny, Pipe-line de vodka
- Novembre 2004 Les "dealers" de Vinsobres se rebiffent, Lyon Fourvière
- Octobre 2004 Mondo Vino
LE WHISKY SELON LE SAVOUR CLUB

Quand on déguste un verre de whisky, c’est toute l’Ecosse que l’on respire… L’eau-de-vie celte a conquis nos palais. Mais un whisky peut en cacher un autre. S’il sait être singulier, il se conjugue aussi au pluriel. Single malt ou blend, le whisky écossais a deux visages.


Whisky… le mot surprend. C’est la déformation de l’expression gaélique uisge beatha (eau-de-vie). Irlandais et Ecossais se disputent encore son origine bien qu’il semble acquis que les moines irlandais en sont les inventeurs.
Au début était le grain… Et pas n’importe lequel. Il s’agit de l’orge, la céréale des terres pauvres et des pays froids. Pour faire du whisky, on utilise les mêmes ingrédients que pour le pain : céréales, eau et levure. La magie des arômes peut alors déployer son grand jeu dans les verres.

Dans le cas du single malt, provenant d’une seule et unique distillerie, l’orge est maltée : elle subit un début de germination stoppé par séchage à l’air chaud ou à la tourbe. Cette dernière communique au whisky des arômes particuliers (notes de goudron, de fumée, de terre, de racines…). Avec la farine du malt moulu, on obtient un jus sucré puis une sorte de bière titrant 8% après addition de levures. Cette bière est ensuite distillée deux fois dans des alambics en cuivre. Puis le temps fait son œuvre dans les fûts.



Le blended whisky est de loin le plus connu et le plus largement commercialisé. Un whisky d’assemblage (la traduction du mot anglais blend) qui contient à la fois des single malts et du whisky de grain distillé dans un alambic en continu. La différence ? Les whiskies de malt ont un profil aromatique très marqué, le whisky de grain (en général un mélange de blé, de maïs, et d’orge, malté et non malté) est beaucoup plus léger en goût. Le blended whisky est né à la fin du XIXème siècle quand la crise du phylloxéra a privé la gentry anglaise de son brandy-soda, à base de cognac.

Le blend se déguste volontiers en long drink avec glaçons ou eau gazeuse. Le single malt s’apprécie pur, en apéritif ou en digestif selon son caractère et son âge.

Et pourquoi ne pas découvrir également l’Irish Whiskey ? Portez un toast à tous les Patrick le 17 mars, pour fêter le saint patron de l’Irlande.
Slàinte (à votre santé) comme on dit en Ecosse et en Irlande !

Cet article a été rédigé par Martine Nouet (Savour Club)

 

"Le secret de ma vitalité ? Je n'ai dans le sang que des globules rouges: l'alcool a tué depuis belle lurette tous mes globules blancs..."

(Winston Churchill)

i)

Organe Central du Parti Alcoologiste Français (Aile Modérée) - 



Jean-Pierre Jumez15 NUANCES DE GUITARE 

Copyright © 2005-2021 PAFmag. All rights reserved.